Techniques

Les pensées pendant la méditation, amies ou ennemies ?

méditation

Souvent, lorsque l’on médite, des pensées surgissent, et, en tant que novice, on en déduit que l’on ne médite pas correctement. Alors, les pensées pendant la méditation, amies ou ennemies?

méditation pensées

Tout d’abord, un constat: le mental tourne tout le temps sauf pendant certaines phase de la méditation. En effet, même pendant le sommeil, le mental  produit des pensées (les rêves!) et que dire lors de la phase consciente de l’éveil? Là, c’est un flux continu de pensées, ordonnées (ou pas). Qui peut affirmer qu’il ne pense pas ?

Ainsi, quelque soit l’état de conscience (éveil,  sommeil…), il y a toujours des pensées.

Qu’en est-il pendant la pratique de la méditation? 

La méditation peut être considérée comme la modification intentionnelle du fonctionnement mental. Et durant la méditation, il y a des pensées. C’est inévitable.

Par contre, si nous ne pouvons pas ‘couper le robinet’ des pensées, nous pouvons ‘faire avec’ et observer ce qui se passe (le ressenti) pendant la méditation:
Les pensées pendant la méditation surgissent, comme des bulles sur une surface calme et sont là pour être observées.

A vrai dire, c’est uniquement lorsqu’une de ces petites bulles atteignent la surface consciente que l’on réalise que juste avant…il n’y avait pas de pensée. Étrange expérience au début! C’est comme si, pour prendre conscience du ‘rien’ il fallait le recouvrir d’une pensée et par là même ne plus expérimenter ce ‘rien’. C’est le silence intérieur, la pure conscience de félicité.

Mais alors que faire?  

Ne pas refuser les pensées qui surviennent, mais  les reconnaître, puis à revenir à la pratique de la méditation.  En retournant vers la pratique (répétition du mantra ou autre), nous permettons de revenir dans le présent, plonger plus profondément dans la méditation. Prendre conscience de ses pensées, les observer, puis les laisser ‘s’envoler’ est tout à fait normal. Le mot clé? Observer nos pensées. Devenir observateur de nos pensées au lieu de suivre leur fil…

Ainsi, vous mettez de la distance avec vos pensées, vos sensations, vos émotions… et vous ne vous laissez plus entraîner par vos pensées.

Et sur la durée?

Plus on médite, moins il y a de pensées ‘parasites’, mais 20 minutes sans penser, cela n’existe pas. Comme un ludion qui monte et descend dans l’eau, le mental ‘oscille’, durant la méditation, entre une sorte de vide (mais qui ne l’est pas vraiment) et le flux des pensées. Mais surtout, les pensées qui ont été ‘libérées’ par leur observation durant les méditations précédentes, ont été en quelque sorte ‘purifiées’. C’est pour cette raison qu’il y en a de moins en moins lorsque l’on avance dans la pratique.

Vous pouvez être maintenant certain(e)s que les pensées, pendant la méditation, c’est normal. Mieux encore, elles sont nos amies, car lorsqu’on a le ‘réflexe’ de les observer (au lieu de les suivre),  nous retournons dans le moment présent et nous détachons du mental… pour méditer encore plus profondément.

Les pensées, des alliées précieuses, donc.