Méditation

Shiva Dreaming: musique de relaxation mystique

Shiva Dreaming, ou le rêve de Shiva, est une musique de relaxation très douce et apaisante.shiva dreaming musique de relaxation mystique
Basée sur une large palette de sonorités de bols chantants tibétains, ce titre de plus de 13 minutes est l’occasion de faire le vide en soi.
Utilisant l’effet stéréophonique à son maximum, Shiva Dreaming vous entraine doucement dans un état de conscience modifiée.
Il est recommandé d’écouter cette musique de détente avec un casque, en position allongée, en fermant les yeux.

Shiva Dreaming ne contient pas de messages subliminaux, seul l’effet des sonorités apporte une détente très profonde.
Pendant plus de 10 minutes, laissez vous bercer par les modulations délicates de bols tibétains.
Ensuite, écoutez les sonorités mystiques des rituels des fêtes tibétaines pendant 5 minutes.

Shiva Dreaming musique de relaxation mystique par Phoebus pour ForceMajeure.com, une expérience spirituelle à portée de la main, grâce au pouvoir des sons.

 


 

Pour aller plus loin, je vous recommande ce livre

Shiva Nâtarâja La danse cosmique, son mythe, sa symbolique

Shiva Nâtarâja : La danse cosmique, son mythe, sa symbolique

Présentée en Occident par Ananda Coomâraswâmy en 1912, l’image de Shiva-Nâtarâja est une figure harmonieuse sans égale, qui, dans son symbolisme, est porteuse de profondes réalités aussi bien métaphysiques que philosophiques. La contemplation de cette divine forme nous permet d’atteindre l’harmonie existant entre l’homme et l’univers et nous donne accès aux secrets des yogas.

Emblème de l’Inde éternelle, source d’inspiration unique et incomparable joyau iconographique, le Seigneur danse dans un écrin à sa mesure dans l’exceptionnel temple de Chidambaram, dont la spécificité est de représenter l’élément ultime de la substance, l’âkâsha.

Shiva-Nâtarâja, le Dieu avec forme, nous conduit par sa danse au Dieu sans forme de l’ultime réalité. Shiva Nâtarâja, La Danse cosmique, son mythe, sa symbolique clôt le triptyque consacré à Shiva par Michel Coquet, le premier volet étant Arunachala, la montagne de Shiva (Les Deux Océans, 1996) et le second Linga, le signe de Shiva.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *